top of page

La respiration

Respirer, quoi de plus naturel ?

Et pourtant, certaines d’entre nous respirent ‘à l’envers’, sont régulièrement sujettes à des points de côté en courant ou se retrouvent rapidement à bout de souffle lors d’une séance de sport.

La raison ?

Une respiration probablement inappropriée qui ne demande qu’à être optimisée.


La respiration est automatique mais connaissez-vous son mécanisme ?


Le diaphragme est l’élément central du système respiratoire : il coupe le corps en deux, entre le thorax et l’abdomen. Il va descendre à l’inspiration pour pousser les côtes. A l’expiration, il remonte en resserrant les côtes. Une respiration complète et appropriée permet d’oxygéner profondément nos cellules, d’expulser le dioxyde et d’être moins fatigué à l’effort. Une bonne respiration induit des mouvements cardiaques plus forts, plus amples.


Il existe 3 respirations :

-Respiration abdominale (dite basse) : à l’inspiration, on gonfle le ventre, on expire longuement et le ventre rentre naturellement du bas vers le haut. Cette respiration apaise

-Respiration thoracique (dite moyenne) : à l’inspiration, on gonfle les poumons, l’expiration et l’inspiration ont la même durée. Cette respiration est celle que nous adoptons naturellement dans l’effort.

-Respiration claviculaire (dite haute) : il s’agit d’une respiration thoracique exagérée, située au niveau des épaules. On inspire longuement, le souffle est court. C’est celle adoptée lors de l’hyperventilation.


On parle de respiration complète quand on combine les 3 respirations.


Il est donc intéressant de prendre conscience de notre respiration : on parle ici de respiration en pleine conscience.


Mon petit tips : pour prendre conscience de votre respiration, rien de mieux que la cohérence cardiaque. Je vous conseille de faire une séance par jour.

Il existe de nombreuses applications ou des vidéos youtube comme par exemple : https://youtu.be/bM3mWlq4M8E


La respiration en carre :

La respiration dite “en carré” est recommandée pour calmer le stress mais aussi pour gérer la douleur pendant le travail lors de l’accouchement.

Le principe est simple: on inspire pendant 3 secondes, on bloque la respiration sur 3 secondes, on expire pendant 3 secondes et on attend enfin 3 secondes avant d’inspirer à nouveau.



Et pendant les contractions, quelle respiration adopter?



Quand la douleur surgit, on a tendance instinctivement à respirer de plus en plus vite ( claviculaire). Mais cela est totalement contre-productif. Au contraire, il faudra adopter une respiration calme, lente et profonde. De cette manière, vous pourrez assurer une bonne oxygénation à votre bébé mais aussi à votre muscle utérin ainsi qu'une détente optimale.

La respiration abdominale est donc conseillée et sera travaillée tout au long de la grossesse afin qu'elle devienne un automatisme pour que vous puissiez garder le contrôle le jour J (ok plus facile à dire qu'à faire, je vous l'accorde :-) )


Il vous sera conseillé d'adapter l'amplitude respiratoire à la puissance de la contraction. Lorsqu’une contraction légère survient, vous pourrez prendre de petites inspirations et expirations. Au moment où les contractions sont moins espacées et plus douloureuses, vous pourrez augmenter l'amplitude respiratoire. Dans la mesure du possible, l’amplitude pourrait être, dans un premier temps, une inspiration longue et profonde par le nez sans forcer, et une expiration par la bouche (comme pour faire de la buée)

La respiration en carrée sera également conseillée afin de vous concentrer sur cette respiration optimale.



42 views0 comments

Recent Posts

See All

留言


bottom of page